Vertiges

Un vertige pose 2 problèmes :

  • Est-ce que ça tourne (objets, murs, plafonds) ou est-ce seulement une sensation d'instabilité ?
  • Ce vertige est-il accompagné d'autres signes ?

L'équilibre est assuré en temps réel par deux organes : le labyrinthe, situé dans l'oreille interne et le cervelet, sorte de petit cerveau secondaire situé à l'arrière du crâne. Le labyrinthe est constitué de canaux situés dans les 3 plans de l'espace. Quand on bute sur un obstacle par exemple, le labyrinthe enregistre cette variation de position, exactement comme le niveau d'un maçon. Il informe alors le cervelet qui reçoit une quantité d'autres informations venues du reste du corps (muscles, articulations, etc.). Le cervelet envoie alors des ordres au cerveau pour que celui-ci actionne les muscles qui vont rétablir l'équilibre. Dans les vertiges, tout ce système est perturbé. La différence des informations réelles données par les yeux et celles faussées données par le labyrinthe va désorienter le cerveau. Résultat : malaise, vomissements.

  • Quand tout tourne (murs plafond, objets), c'est un vrai vertige qui témoigne d'un problème sur le labyrinthe ou le cervelet.
  • Quand tout ne tourne pas, c'est un faux vertige : instabilité, déséquilibre, sensation de chute d'un côté ou de l'autre, jambes qui se dérobent, etc. La cause n'est en principe pas due à l'un ou l'autre des organes chargés de l'équilibre.

Le terme de faux vertige signifie qu'il n'est pas dû à une perturbation des organes de l'équilibre. Le vrai vertige, lui, est bel et bien dû à une perturbation de ces organes.

Que le vertige soit vrai ou faux, il constitue de toute façon un signe d'alerte à évaluer dans l'heure si le vertige présente des signes de gravité.

Points particuliers

Chez l'adulte, les causes de vertiges sont très nombreuses. Les faux vertiges sont plus fréquents, mais plus en rapport avec des causes psychologiques (émotivité, somatisation d'un conflit...).

Vérifier s'il s'agit de vrais ou de faux vertiges:

  • Le vrai vertige donne une sensation que tout tourne, murs et plafonds compris. Il s'accompagne pratiquement toujours de vomissements et de sueurs froides. L' examen neurologique comprend en particulier une recherche de nystagmus: on vérifie si le regard se maintient lorsqu'on fait bouger les yeux lentement vers le côté en gardant la tête droite et immobile. Nystagmus = vrai vertige, sinon, c'est un faux vertige.
    Signe de Romberg = perte de l'équilibre en fermant les yeux.

En cas devertige positionnel paroxystique bénin , la manoeuvre de Dix-Hallpike a pour but de rétablir une circulation correcte du liquide qui se trouve dans le labyrinthe. Le principe est le suivant : la personne étant couchée sur le dos, on fait effectuer à la tête un mouvement rapide vers le côté opposé à celui atteint. Ce mouvement assez violent et qui demande la coopération totale de la personne (sinon on risque de lui tordre le cou), permet aux petits cristaux (les otolithes) situés dans le canal déficient, de reprendre une position normale. La manoeuvre peut être répétée deux ou trois fois pour que les otolithes reprennent leur position. Un vertige peut se manifester lors de cette manoeuvre, il durera quelques instants, et une sensation légère d'ébriété peut persister durant quelques jours. Mais la manoeuvre aboutit à la guérison.

 

Parfois le diagnostic est évident :
  • Maladie de ménière .
  • Labyrinthite .
  • Vertige positionnel paroxystique bénin .

Parfois il faut une hospitalisation ou des examens complémentaires : audiogramme , électronystagmogrammescanner , doppler pour retrouver :

  • Une névrite vestibulaire qui est après les causes précédentes la cause la plus fréquente.
  • Une insuffisance circulatoire cérébrale due soit à une thrombose d'un vaisseau cérébral, soit une insuffisance vertébrobasillaire .
  • Un accident vasculaire cérébral .
  • Une hémorragie cérébrale .
  • Une intoxication par médicaments (aspirines, certains antibiotiques de la classe des aminosides).
  • Tumeurs : neurinome de l'acoustique , tumeur du cervelet .
  • Sclérose en plaques .
  • Toutes ces causes, très nombreuses, nécessitent des examens plus ou moins longs ou poussés.

 

Les causes des vrais vertiges

Tout dépend des signes d'accompagnement :

  • Vertige positionnel paroxystique bénin . La manoeuvre de Dix-Hallpike à la fois fait le diagnostic et guérit le vertige.
  • Vertige et surdité d'un côté : maladie de Ménière très vraisemblable.
  • Névrite vestibulaire . Ces trois maladies représentent à elles seule la moitié des vertiges.
  • Vertiges et fièvre : labyrinthite .
  • Vertiges, fièvre et maux de tête : méningite possible .
  • Vertiges et sang dans l'oreille après traumatisme crânien : fracture du rocher .
  • Vertiges aux changements de position du cou chez une personne âgée : insuffisance vertébrobasillaire .
  • Vertiges en se levant : hypotension orthostatique .
  • Vertiges et antécédents d'otites à répétition : cholestéatome .

Les faux vertiges

Ils peuvent être accompagnés par des signes qui en font la gravité (malaise, sueurs, palpitations, perte de connaissance douleur dans la poitrine). Les causes peuvent être très nombreuses :

  • Intoxication à l'oxyde de carbone ou par des médicaments, où les vertiges sont parfois le seul signe révélateur.
  • Migraine .
  • Hypertension artérielle qui est la cause la plus fréquente de vertiges chez la personne âgée.
  • Anémie .
  • Le malaise vagal .
  • Les causes cardiaques : arythmie , rétrécissement aortique , embolie pulmonaire .
  • Hypoglycémie .
  • Crise d'angoisse, d'agoraphobie , hystérie .
  • Accident vasculaire cérébral . Les vertiges sont dans ce cas très au second plan, de la même manière que dans l'hémorragie cérébrale .
  • Chez l'enfant, mis à part les otites internes ayant provoqué des labyrintites , les vertiges sont pratiquement exclusivement des faux vertiges. La migraine, l'intoxication par les médicaments et l'oxyde de carbone, les hypoglycémies et les anémies sont alors les causes les plus fréquentes.